20:30 | 07-10-2022
الأخبار العاجلة
  • Lamamra: l'Algérie mobilisée pour le succès du Sommet arabe
  • L'envoyé de l'Ukraine au Moyen-Orient et en Afrique, le Dr Maxim Sobh: Notre pays va gagner

L'envoyé de l'Ukraine au Moyen-Orient et en Afrique, le Dr Maxim Sobh, au journal El-Ofok News : « Notre pays va gagner »



El Ofok News : Votre Excellence l'Ambassadeur, bienvenue.

L’agression est entrée dans son septième mois, et la Russie est déterminée dans sa guerre malgré les appels internationaux.

Quelles sont les pertes de l'Ukraine suite à cette agression ?


Plus de six mois après le début de l'invasion massive de l'Ukraine par la Russie, les forces russes se concentrent désormais sur le maintien de leurs positions, et le contrôle des contre-attaques de l'Ukraine. La ligne de front est assez stable, à l'exception de la province de Kherson, où le 29 août les forces ukrainiennes ont lancé une contre-offensive. Les défenses ukrainiennes ciblent les lignes d'approvisionnement logistique, les dépôts de munitions et les postes de commandement russes, réduisant considérablement les capacités de ces derniers à poursuivre la guerre. La Russie compte toujours sur sa supériorité numérique. À la fin du mois d’août, le président Poutine a signé un décret pour augmenter le nombre de militaires russes, passant de 137 000 à 2,04 millions. Malgré cela, les légions russes se heurtent à la bravoure des défenseurs ukrainiens et à l'armement de haute précision que nous fournissent nos partenaires occidentaux. 92% des citoyens ukrainiens sont convaincus que l'Ukraine finira par gagner la guerre. À l'inverse, les soldats russes manquent d'enthousiasme et de moral. Jusqu'à présent, 50 000 soldats russes ont été tués, et ont été détruits environ 2 100 chars, 4 500 véhicules de combat blindés, 450 avions et hélicoptères, 1 200 systèmes d'artillerie, 300 lance-roquettes multiples, 160 systèmes de défense aérienne, 870 drones, 15 bateaux et navires de guerre, 3 300 véhicules, Des camions-citernes de carburant et 110 équipements spéciaux ont également été détruits. La Russie continue de se mobiliser secrètement, notamment en forçant les conscrits à signer des contrats militaires après avoir accompli leur service obligatoire.

La Russie occupe environ 21% du territoire de l'Ukraine, qui comprend plus de 2 600 villes résidentielles. Dans les territoires récemment occupés, la Russie suit la même tactique qu'elle utilise en Crimée et dans le Donbass depuis 2014. Elle nomme des administrations d'occupation, accorde de force des passeports russes et enrôle des Ukrainiens dans les forces armées russes.

En détruisant les infrastructures civiles et en empêchant l'évacuation de la population civile des territoires occupés vers les zones contrôlées par le gouvernement ukrainien, le Kremlin pratique la déportation forcée de citoyens ukrainiens vers les territoires de la Russie, de la Biélorussie et de la Crimée temporairement occupée. L'ampleur de ce crime est extrêmement tragique. On rapporte que plus de 2,45 millions d'Ukrainiens ont été déplacés (de force, volontairement ou par évacuation russe selon les circonstances) des régions du sud et de l'est de l'Ukraine vers la Russie et la Crimée.

La Russie lance des frappes d'artillerie et de missiles (avec le tir d'environ 3 500 missiles sur l'Ukraine de manière continue). Les forces de l'ordre ukrainiennes ont enregistré des dommages et il a aussi la destruction de 40 285 infrastructures civiles, dont 31 631 bâtiments résidentiels, maisons, routes, ponts, 1 676 établissements d'enseignement et 288 établissements médicaux, 301 édifices culturels, 76 édifices religieux, 3 687 réseaux d'eau et d'électricité.

Il y a environ 800 000 citoyens ukrainiens qui ont perdu leur maison. Ces chiffres n'incluent pas les territoires temporairement occupés auxquels nous ne pouvons pas accéder.

En attaquant délibérément les infrastructures civiles et en intimidant la population, la Russie cherche à détruire l'économie ukrainienne, et à faire de l'Ukraine un "État en faillite" impuissant à résister. Chaque nouveau jour de guerre aggrave la situation, mais nous sommes déterminés à relancer l'économie ukrainienne même si la guerre continue.

L'invasion russe a endommagé ou détruit jusqu'à 30 % des infrastructures ukrainiennes pour un coût de 100 milliards de dollars. Les pertes totales, y compris la perte de profits et d'investissements, se sont élevées à 750 milliards de dollars.

Lors de la conférence sur la relance de l'Ukraine à Lugano, nous avons présenté notre plan national pour la reconstruction du pays. À court terme, nous avons besoin de 17,4 milliards de dollars pour reconstruire les infrastructures sociales dans les territoires libérés. Par conséquent, nous appelons tous nos partenaires à se joindre à ces efforts en mettant en œuvre le plan de redressement rapide de l'Ukraine pour permettre aux réfugiés ukrainiens de rentrer chez eux.

Le gouvernement ukrainien fait de son mieux pour maintenir l'économie ukrainienne sur pied en soutenant la relocalisation des entreprises de la zone des hostilités, en simplifiant les procédures administratives, en lançant des programmes de prêts aux entreprises et en créant de nouveaux logements et emplois pour les personnes déplacées à l'intérieur du pays. Dans les zones libérées, les infrastructures essentielles et les zones résidentielles sont en cours de reconstruction.


El Ofok News : est-ce que vous vous êtes rendu personnellement dans les capitales arabes et les pays africains pour mobiliser l'opinion publique?


Le 11 août, j'ai eu l'honneur de participer personnellement à la réunion extraordinaire du Conseil de la Ligue des États arabes avec les délégués permanents par appel vidéo. En m'adressant à eux, j'ai abordé les questions de la contribution des pays arabes, notamment avec le groupe de contact ministériel arabe pour le suivi de la guerre en Ukraine. Nous avons aussi parler des efforts de la communauté internationale visant à mettre fin à l'agression russe brutale contre l'Ukraine, ainsi que la position de l'Ukraine à l'égard des questions régionales dans le monde arabe et le continent africain, ainsi que des perspectives de développement de la coopération entre nos pays dans tous les domaines.

J'ai mené un certain nombre d'entretiens et d'interventions auprès des journaux et des médias nationaux et régionaux afin de mettre en évidence les derniers développements sur le champ de bataille en Ukraine, de clarifier les priorités de la politique étrangère de l'Ukraine et de réfuter les récits russes dans l'espace médiatique du Moyen-Orient et de l'Afrique. Je suis également en contact téléphonique permanent avec mes homologues arabes et africains, ce qui nous donne l'occasion de discuter des défis sécuritaires, économiques et humanitaires auxquels le monde est actuellement confronté, ainsi que de nos démarches communes pour faire progresser davantage nos relations bilatérales. Bien sûr, l'exercice de mes fonctions officielles nécessite des visites dans les capitales arabes et africaines, principalement celles où se trouvent les sièges des organisations régionales influentes ou celles où ne se trouvent pas les missions diplomatiques ukrainiennes.

Il existe une tendance forte et tangible qui vise au renforcement de la position de l'Ukraine au Moyen-Orient et sur le continent africain et à la réalisation d'un saut qualitatif dans le développement des relations bilatérales et multilatérales. Après l'adoption de la stratégie de développement des relations de l'Ukraine avec les pays africains, qui est le premier du genre, la création d'une mission de représentant spécial de l'Ukraine pour le Moyen-Orient et l'Afrique et ma nomination à ce poste, il y a peu de temps, un décret du président de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky, a été publié concernant la création du Conseil consultatif pour l'interaction de l'Ukraine avec les pays arabes et islamiques en qualité d'organe consultatif affilié à Son Excellence.

Dans les domaines de la politique, de l'économie, de l'énergie, de la défense, de la technologie, de l'alimentation, de la culture et de l'éducation, il y a un renforcement des pays arabes et islamiques au soutien à l'Ukraine pour faire face à l'agression armée de la Fédération de Russie. Il y a un développement et un renforcement des relations de l'Ukraine avec les pays arabes et islamiques dans le cadre des organisations internationales et régionales (ONU, Conseil de coopération des États arabes dans le Golfe, la Ligue des États arabes, les pays arabes et l'organisation des de la coopération islamique et autres), pour prendre des mesures visant à renforcer la position des sociétés et des entreprises ukrainiennes sur les marchés des biens, des capitaux et des services dans les pays arabes et islamiques. Tout cela témoigne clairement de la plus haute priorité que l'Ukraine et ses dirigeants attachent à l'intensification de son dialogue politique avec les pays arabes et africains.




El Ofok News : en votre qualité d'Envoyé spécial de l'Ukraine pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, fin août, vous avez participé à la table ronde internationale sur le thème "Défendre la liberté de l'Ukraine", organisée par l'Institut Aspen dans le cadre de « Aspen Africa-Nairobi Initiative » et « African Leadership Initiative ».

Avez-vous obtenu les résultats escomptés ?


Le 31 août, j'ai eu l'honneur de m'adresser à la table ronde internationale sur le thème "Défendre la liberté de l'Ukraine", organisée par l'Institut Aspen dans le cadre de "Initiative Aspen Afrique-Nairobi" et de "Initiative de leadership africain". Des ONG ont participé à cet événement avec Mme Natalia Yarsko, Présidente du conseil d'administration de l'Institut Aspen à Kiev et ancienne ministre des Finances de l'Ukraine. Elle a informé les participants de la nature de l'agression russe en cours, de ses causes réelles et de ses répercussions mondiales. Elle a réfuté certains des récits que la partie russe tente de promouvoir sur le continent africain et a souligné les grands efforts déployés par l'Ukraine pour faire face à la propagande et à la désinformation russes.

J'ai souligné les graves menaces pour la sécurité et à la stabilité alimentaire mondiales conséquences de la guerre en Ukraine.

Madame Yarsko a montré que l'Ukraine était prête à conserver son statut de fournisseur fiable de produits agricoles sur les marchés mondiaux. Dans le même temps, j'ai attiré l'attention sur le fait que les pays africains, qui ont le plus souffert de la crise alimentaire, ont intérêt à l’arrêt de l'agression russe et à la restauration de l'intégrité territoriale de notre État le plus rapidement possible. Dans ce contexte, j'ai appelé les pays africains à se joindre aux sanctions imposées à la Fédération de Russie et à ne pas acheter de céréales ukrainiennes, qui ont été volées par l’occupant.

Madame Yarsko a encore souligné le rôle important des représentants de la société civile dans la formation de l'opinion publique et l'influence sur les processus de prise de décision dans le pays, y compris dans les pays africains. Elle a souligné la détermination de l'Ukraine à approfondir le dialogue avec les organisations non gouvernementales afin d'assurer la paix et la sécurité internationales.


El Ofok news : l'agression contre l'Ukraine a eu des effets négatifs sur les marchés mondiaux, est-il possible que les prix du pétrole et des céréales augmentent à l'avenir ?


La Russie représente aujourd'hui une menace mondiale pour la sécurité, la stabilité et le bien-être de centaines de pays. Il faut donc une réponse décisive et un effort concerté de la communauté internationale, sinon, des millions de personnes sur différents continents et à des milliers de kilomètres de la Russie seront prises en otage et victimes de la politique de Moscou.

L'interdiction d'exporter des produits alimentaires ukrainiens a été progressivement levée après la signature de l'initiative pour le transport sûr des céréales et des produits alimentaires depuis les ports ukrainiens le 22 juillet, des mois après le blocus russe des ports maritimes ukrainiens. En un mois, 61 navires transportant près de 1,5 million de tonnes de produits agricoles ukrainiens ont quitté les ports ukrainiens (au 30 août). Plus de navires capables d'exporter en toute sécurité de la nourriture ukrainienne sont nécessaires. Nous attendons de la Russie qu'elle honore ses engagements dans le cadre de cette initiative, et nous sommes reconnaissants à l'ONU et à la Turquie d'avoir négocié cet arrangement.

L'Ukraine travaille avec le Programme alimentaire mondial des Nations unies pour augmenter la quantité de nourriture envoyée aux pays qui en ont le plus besoin, et qui sont confrontés à une véritable catastrophe humanitaire. La reprise des exportations alimentaires ukrainiennes a stabilisé le marché mondial, fait baisser les prix et réduit le chaos causé par les pénuries alimentaires dans le monde. À long terme, cela contribuera à retirer la question de la crise alimentaire de l'agenda mondial.

Nous attendons de tous les pays qu'ils s'abstiennent d'acheter des denrées alimentaires volées par la Russie dans les zones occupées de l'Ukraine (99 vraquiers ont été identifiés sous drapeaux russes et syriens). Lorsque des navires transportant de la nourriture volée sont identifiés, ils doivent se voir refuser l'accès aux ports maritimes ou être détenus et arrêtés par les gouvernements nationaux respectifs.

Comme l'a souligné le président ukrainien Volodymyr Zelensky, la Russie tente ces derniers jours d'augmenter encore plus la pression sur l'Europe par le biais de la composante énergétique, ainsi le pompage de gaz via le gazoduc Nord Stream 1 s'est complètement arrêté. Pourquoi la Russie fait-elle cela ? Pour détruire la vie normale de chaque Européen - dans tous les pays du continent. Elle veut affaiblir et intimider toute l'Europe, chaque pays séparément. Là où la Russie ne peut pas le faire avec la puissance des armes conventionnelles, elle le fait à travers la puissance énergétique. Elle essaie de provoquer la pauvreté et le chaos politique là où elle ne peut pas frapper avec des missiles. Afin de mettre un terme à ces pratiques, nous avons tous besoin en Europe de plus d'unité, de plus de coordination et de plus d'entraide.

Cet hiver, la Russie s'apprête à porter un coup fatal sur le plan énergétique à tous les Européens. Nos principales réponses à ces actions devraient s'appliquer à deux choses : premièrement, notre unité dans la défense contre l'État terroriste, et deuxièmement, la pression croissante sur la Russie, avec l'augmentation des sanctions à tous les niveaux et la réduction des revenus pétroliers et gaziers russes.


El Ofok News : les couloirs humanitaires ont-ils contribué à détourner les exportations ukrainiennes ?


Le 22 juillet, l'Ukraine, la Turquie et la Russie ont signé sous les auspices des Nations Unies à Istanbul l'accord pour reprendre l'exportation en toute sécurité de céréales ukrainiennes par la mer Noire, ce qui a permis de lever l'embargo sur plus de 20 millions de tonnes de céréales, de soutenir l'économie ukrainienne et d'assurer le développement du secteur agricole ukrainien, ainsi que d'aider à prévenir l'apparition de la crise alimentaire mondiale.

En août, l'Ukraine a exporté 4,6 millions de tonnes de produits agricoles, soit une augmentation de 53 % par rapport au mois précédent. Il est clair que la reprise relative des exportations via les ports de la préfecture d'Odessa ainsi que des itinéraires alternatifs ont rendu ce chiffre possible.

À l'heure actuelle, nous ne pouvons pas encore tirer de conclusions définitives ou prédire ce qui se passera dans le futur, mais les ports ont repris leurs activités, et le mouvement d'exportation a commencé, ce qui peut être considéré comme le premier signe positif qu'il existe une opportunité pour arrêter l'exacerbation de la crise alimentaire. Notre objectif est maintenant de préserver cette tendance positive et assurer la continuité de l'exportation de céréales et de denrées alimentaires.

Nos agriculteurs ont réalisé moins de bénéfices que jamais avant la conclusion de cet accord en raison de la fermeture des ports ukrainiens et des coûts supplémentaires liés à la logistique. L'exportation de céréales ukrainiennes vers les ports de Pologne, des États baltes, de Roumanie et d'autres ports était et reste très coûteuse. Le grain ukrainien est exporté par les ports et les chemins de fer européens, ce qui crée une charge supplémentaire sur la logistique. Mais à long terme, la mer Noire ne peut pas être considérée comme une route sûre pour l'Ukraine, même après la fin des hostilités. Nous continuerons à maintenir ces moyens alternatifs pour exporter et développer les produits, car nous en avons maintenant besoin pour empêcher le déclin du commerce à l'avenir. Par exemple, l'Ukraine et la Pologne préparent un projet de pipeline transfrontalier pour transporter les huiles végétales de l'Ukraine vers le port polonais de Gdansk afin d'exporter davantage vers divers pays du monde.


اقرا ايضا


وزير خارجية أوكرانيا في جولة إفريقية

2022-10-06 01:29:19

وفاة عون حماية مدنية في وهران

2022-10-05 09:05:10

ملعب الدويرة: توجيهات لاستكمال الأشغال

2022-09-28 14:15:44